L’amarante

AMARANTE

Considérée comme mauvaise herbe par chez nous, elle est plutôt cultivée en culture ornementale et pourtant toutes les variétés d’amarantes sont comestibles.

L’amarante jouait un rôle très important dans l’alimentation pré-colombienne car elle avait la réputation d’apporter l’immortalité du fait de ne pas faner ou voire très peu. Mais cette plante a fini par presque disparaître à cause d’une interdiction de culture et d’une vive répression (car elle servait pour les cultes), au point de quasiment disparaître de la culture alimentaire mexicaine.

¤ Intérêt nutritionnel ¤

Riche en fibres, en protéines et lysine, elle est exempte de gluten, c’est aussi une excellente source de calcium, fer, magnésium, potassium, zinc…

Ses feuilles, elles aussi, sont riches en protéines mais aussi en vitamine C, bêtacarotène, fer et calcium.

C’est donc un aliment de choix pour les femmes enceintes, les personnes âgées, les végétar*iens ou encore les enfants en pleine croissance.

¤ Comment la consommer ? ¤

Il faut laver les graines à grandes eaux avant cuisson puis faire cuire sur feu doux dans deux fois leur volume d’eau. Leur texture collante après cuisson peut en faire fuir certains, dans ce cas, les graines peuvent servir de liant et/ou d’épaississant dans les soupes ou encore les sauces.

Le petit goût de noisette boisée de l’amarante fait qu’elle s’utilise aussi bien pour des préparations sucrées que salée.

Quant aux feuilles, elles se cuisinent et se consomment comme les épinards.

Amarante

No Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :