L’AMAP, qu’est-ce donc ?

Je vous parle souvent de produits que je récupère dans mon AMAP de quartier.
Il m’a été demandé plusieurs fois d’expliquer ce qu’était une AMAP, en quoi cela consistait, si cela était intéressant, etc etc…
Voici donc une page où je vais tenter de vous expliquer l’intérêt des AMAPs.

Que signifie le sigle AMAP ?
Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne.

Et plus concrètement ?
Elle permet de maintenir une agriculture paysanne, équitable et écologiquement saine, de mettre en place une économie solidaire de proximité entre villes et campagnes, entre cultivateurs/éleveurs et consommateurs.
Son but est de permettre à des consommateurs (souvent nommés consom’acteurs) d’acheter à un prix juste des produits d’alimentation de qualité de leur choix, en étant informés de leur origine et de la façon dont ils ont été produits.

Comment cela se déroule-t-il ?
Vous remplissez un contrat qui vous lie à un producteur pour une durée variant selon le type de contrat (en général, cela se fait en semestre, sauf distributions ponctuelles).
Le producteur livre votre commande, ainsi que celle des autres AMAPiens à des dates et heures établies à l’avance. Vous vous présentez le jour-dit et récupérez votre panier.

Les différents engagements :

Les engagements du producteur :
– Produire une diversité de produits de saison  afin de composer des paniers variés (pas de fraises en hiver !!).
– Livrer les produits au jour et à l’heure dits du contrat.
– Avertir en cas de problèmes exceptionnels tels que les problèmes climatiques graves, maladies, etc. qui pourraient affecter les livraisons.
– Organiser ponctuellement des  chantiers, portes-ouvertes pour expliquer le travail de la ferme à ses partenaires.
– Faire une évaluation à la fin de la saison sur la production, les ventes…

Les engagements du consommateur :
–  Payer à l’avance et  accepter de partager les risques comme les bénéfices (« les intempéries, les ravageurs, les maladies font partie intégrante de l’agriculture et peuvent nuire à la récolte. Mais à l’inverse (…) de bonnes conditions de culture puissent augmenter la production »).
– Venir chercher son panier au jour et à l’heure dits et prévenir s’il ne peut pas, comprendre que son panier sera redistribué aux personnes présentes (en général, des permanenciers) sans contrepartie financière.
– S’engager à participer à une ou plusieurs permanences pour la durée du contrat.
– Participer aux ateliers, chantiers, portes-ouvertes s’il y en a, aider le producteur si besoin (plantage, cueillette, réparation…).

Les tarifs :
Les prix sont fixés de manière équitable de façon à permettre au producteur de couvrir ses frais mais aussi de vivre convenablement (SMIC minimum). Le consommateur peut donc acheter un produit de qualité à un prix décent.

Exemple de mon AMAP : il existe 3 paniers légumes. Un petit panier à environ 9€ pour de petits mangeurs (un couple par exemple), un panier moyen aux environs de 13€ pour des moyens mangeurs (couple + 1 enfant) et un gros paniers à 19€ (une famille).
Sur cette page, vous pouvez visualiser le panier type (moyen) qui m’a été fourni une partie du printemps et de l’été. Avec, en plus, un petit paniers fruits par un autre producteur.
Les paniers changent chaque semaine, si je n’ai pas eu de rhubarbe la première semaine, j’ai des chances d’en avoir la semaine suivante et vice-versa.

Pourquoi ai-je choisi de me fournir en AMAP ?

En premier lieu, je voulais des produits de qualité. J’ai commencé il y a plus d’1 an avec un colis de bœuf, la viande était excellente, fondait dans la bouche, quelque soit le morceau et nous avions eu beaucoup de morceaux de qualité et de plus, nous avions eu un excellent contact avec l’éleveuse. Puis nous avons augmenté le nombre de contrat (les œufs, les légumes, les fruits printemps/été et automne/hiver, puis le poisson… avec, ponctuellement, un colis agneau, porc et veau).

J’ai ensuite découvert une autre approche, approche qui me correspondait tout à fait car elle est avant tout humaine !
Le bio des AMAPs est différent du bio des grandes chaînes de distribution. Le bio des AMAPs est contrôlé rigoureusement, est équitable et sincère.
Même si trouver du bio dans son hypermarché habituel est un confort certain (attention cela dit au greenwashing !!), le contrôle a lieu sur la certification AB (et encore, du AB venant d’Egypte ou d’Espagne, ce n’est pas, pour moi, du bio) et non pas sur l’équité. Le produit sera bio mais le producteur ne sera pas respecté, ce qui, à mon sens, est à l’opposé de l’esprit bio : une culture des produits de consommation dans le respect de l’être humain, tant du consommateur que du producteur.

J’ai aussi participé à des portes ouvertes, je suis allée ramasser les pommes de terre, visite de la ferme etc etc et j’ai fini par devenir coordinatrice pour un contrat. Mon rôle de coordinatrice est de faire le lien entre vous, consommateurs, et le producteur. Une question sur le contrat, un doute, un souci… vous vous adressez au coordinateur qui est là pour vous renseigner et vice-versa, si le producteur veut transmettre certaines infos, il les adresse au coordinateur qui informera les AMAPiens.

Certaines personnes m’ont dit : « oui, mais c’est contraignant, tu es obligée de t’adapter »… et je leur réponds : « certes ! ». Pour moi, il n’y a pas de contrainte, c’est un réel plaisir de découvrir chaque semaine quels sont les légumes hebdomadaires. Évidemment, il faut accepter d’avoir les mêmes légumes toutes les semaines pendant plusieurs semaines (je pense notamment aux aubergines et autres courgettes dont je ne savais plus quoi faire !) et donc revoir son approche de la cuisine et de la nourriture. On s’adapte à ce que la nature propose et ce n’est plus à la nature de s’adapter à nos envies. Il paraît plus facile de préparer ses menus en fonction de ses envies (c’est ce que j’ai fait de nombreuses années) mais c’est en fait plus enrichissant d’inventer son repas en fonction du panier reçu.

Je suis ravie de mon AMAP, des produits que j’achète et des rencontres que je peux faire grâce à cela.

Quelques liens :
Le site national : http://www.reseau-amap.org/
Le site de Loire Atlantique (dont je dépends) : http://www.amap44.org/

No Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :