Home Devenir végéta*ien pour l’écologie

Devenir végéta*ien pour l’écologie

Ecologie

Il est bien connu que l’impact environnemental de l’élevage intensif des bêtes est énorme (de même que la culture du soja me répondront certains…).

Par exemple, à l’échelle mondiale, la production d’eau pour l’élevage représente 8%, notamment pour les cultures fourragères nourrissant les animaux.

Techniquement, pour économiser l’eau, mieux vaut renoncer à la viande que renoncer aux bains. En 2009, l’Association Végétarienne de France considérait qu’un simple steak était équivalant à 30 bains…

Une journée sans viande permet d’économiser 5 000 litres d’eau !

Il faut aussi 6 à 7 fois plus de surface pour produire le fourrage des animaux que produire des cultures pour les Êtres Humains alors que 925 millions d’êtres humains souffrent de malnutrition. Pour produire 1kg de viande de bœuf, on utilise 10kg de protéines végétales soit 9 tonnes pour une seule bête.
Sachant qu’un bœuf de près d’1 tonne à l’abattage, ne restitue qu’un peu plus de 300kg de viande consommable…

La production d’alimentation animale nécessite jusqu’à 20 fois plus d’énergie fossile (jusqu’à 14% pour la pisciculture) que la production de soja.

Sans compter les déforestations, les gaz à effet de serre des bovins (49% plus élevé que celui du CO2…), la surpêche (et son thon rouge menacé d’extinction).

eau-fonction-aliments-600x450 effet-de-serre-fonction-alimentation-600x450
surfaces-de-sol-necessaires-600x4501

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :