Home Le gluten : allergie, sensibilité… : la maladie coeliaque

Le gluten : allergie, sensibilité… : la maladie coeliaque

Qu’est-ce que la maladie cœliaque?

 C’est une maladie chronique de l’intestin liée à la consommation de gluten.
Elle se manifeste surtout par des signes digestifs tels que les ballonnements, les gaz, la diarrhée…
Ce que l’on appelle entéropathie au gluten ou intolérance au gluten est aussi la maladie cœliaque.

Chez les personnes malades, l’ingestion de gluten provoque une réaction immunitaire anormale de l’intestin grêle, une inflammation, qui détruit les « villosités intestinales », ces villosités sont  les replis de l’intestin et ce sont elles qui permettent l’absorption des nutriments, vitamines et minéraux.

Si l’inflammation est maintenue, en maintenant la consommation du gluten, l’intestin finit par s’abîmer, les villosités disparaissent et laissent s’échapper les nutriments essentiels au corps.

Certains s’accordent à dire qu’il s’agit d’une allergie, d’autres d’une intolérance (les signes cliniques de l’allergie n’étant pas présents) mais l’on peut s’accorder sur un fait bien certain : il s’agit d’une maladie auto- immune.

Qu’est-ce que le gluten ?

Le gluten est une protéine élastique et visqueuse (Glu(e) voulant dire colle en anglais…) que l’on trouve dans les graines de certaines céréales et donc aussi dans certaines préparations alimentaires.

Il donne texture et légèreté aux préparations, il sert aussi de liant, c’est ainsi qu’on le retrouve dans des préparations industrielles comme les sauces et autres plats industriels.

 Quelles sont les causes ?

 Les causes exactes sont méconnues à ce jour mais l’on sait que des facteurs génétiques et environnementaux sont responsables.

L’intolérance a un facteur héréditaire :  si un membre d’une famille est touché par cette pathologie, il existe 10% de chance d’être touché soi-même.

 Malgré tout, la maladie ne se déclare pas chez toutes les personnes prédisposées et l’état actuel des observations fait très souvent apparaître que les facteurs environnementaux seraient un élément déclencheur important.

 Ainsi, certaines affections intestinales, certains traumatismes ou même simplement du stress pourraient parfois être responsables du déclenchement de la maladie.

Diagnostic

 Il est souvent difficile du fait de la variété des symptômes qui, de plus, paraissent sans gravité, il peut donc mettre un certain temps à être posé.

 Il se fait en 3 étapes :

  • Sérologie : prise de sang pour détecter le taux d’anticorps.
  • Biopsie : au travers d’une endoscopie de l’intestin.
  • Diète sans gluten : réaction positive au régime ou non.

Quelles complications ?

 Il faut savoir que si le patient porteur d’une maladie cœliaque continue à ingérer du gluten (même sans le savoir et c’est là où il faut faire attention aux signes) il risque des complications :

  • Malnutrition liée à la malabsorption des nutriments amenant des carences.
  • Fatigue musculaire devenant une faiblesse musculaire liée à la malnutrition.
  • Anémie (manque de fer) liée aux carences.
  • Ostéoporose : manque de calcium et de vitamine D liée à la malnutrition.
  • Intolérance au lactose liée aux parois intestinales abimées.
  • Neuropathie : atteinte des nerfs, migraines, troubles neurologiques.
  • Infertilité : le risque s’accroit de 12%, fausses-couches plus fréquentes.
  • Arthrite : inflammation des articulations et douleurs.
  • Dermatite herpétiforme : rougeurs de la peau, démangeaison, sensation de brûlure.
  • Certains cancers : lymphome intestinal.

 

Quelles sont les recommandations ?

 La première recommandation est simple : élimination totale, complète et définitive, ce qui permet aux parois de l’intestin de se reconstruire.

Il faut donc éliminer tout ce qui est à base de Seigle, Avoine, Blé, Orge et Triticale (SABOT).

Si le reste de la famille en consomme, il faut aménager ses placards pour éviter les contaminations croisées.

  • Aménager la cuisine

Rangez les produits allergènes dans des placards différents

Nettoyez les plans de travail et les ustensiles et n’utilisez d’ustensiles contaminés. L’idéal étant d’en dédier certains exclusivement à la cuisine sans gluten.

  • Faire les courses

Achetez une variété de produit naturellement sans gluten : fruits, légumes, légumineuses, poisson frais, bio de préférence

Remplacez et substituez : farine & fécules sans gluten, pâtes sans gluten, riz, boulgour de riz…

Prenez le temps de bien lire les étiquettes, le gluten se cache partout

  • Cuisiner

Dans un premier temps, il est plus simple de réaliser des recettes simples. Faites un stock de recettes susceptibles de plaire à toute la famille.

N’essayez pas, dans l’immédiat, de reproduire des recettes classiques au risque d’être déçu.

Travaillez et éduquez votre palais : découvrez de nouveaux goûts et de nouvelles textures.

Leave a Comment