Home Le régime hypotoxique – Docteur SEIGNALET

Le régime hypotoxique – Docteur SEIGNALET

  1. Qui est le Docteur SEIGNALET ?

Jean SEIGNALET était un médecin hépatologue dont les recherches furent orientées vers la nutrition et la propension de certains aliments à rendre le corps humain malade.

Son ouvrage « L’alimentation ou la troisième médecine » permet à celui qui le lit de s’ouvrir à une nouvelle approche de la santé par l’alimentation.

  1. Comment ?

Ses théories reposent sur le fait que certains aliments et certaines familles d’aliments (viandes rouges, produits laitiers, certaines céréales…) ne sont pas adaptés aux besoin du corps humain et finissent par l’encrasser en rendant hyper-perméable l’intestin grêle.

Il est de même pour les traitements par allothérapie comme les anti-biotiques qui finissent par agresser, eux aussi, les parois de l’intestin grêle.

 Selon le Docteur SEIGNALET, l’hyper-perméabilité intestinale permettrait le passage de molécules exogènes (qui sont extérieures au système) qui seraient responsables d’un processus inflammatoire d’un processus inflammatoire chronique et la réponse immunitaire (selon le terrain) à cette inflammation chronique serait l’apparition de maladies auto-immunes, de maladies d’encrassage ou de encore de pathologie d’élimination.

  • Les maladies auto-immunes

 De nombreuses maladies rhumatismales (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante…), hépatiques (hépatite auto-immune, cirrhose biliaire…) ou encore gastro-entérologique (maladie de Crohn, maladie cœliaque…) font intervenir l’alimentation dans leur développement.

Dans le cas des maladies auto-immunes, le corps n’arrive plus à différencier ce qui fait partie de lui et les agressions extérieures.

Par exemple, le sucre apporté par une consommation de soda augmente la glycémie qui fait apparaître du diabète.

  • Les maladies d’encrassage

 Lorsque les résidus du bol alimentaires dépassent les capacités d’élimination du corps, ils finissent par s’accumuler dans le milieu extracellulaire (c’est-a-dire hors de la cellule) provoquant à la longue une fatigue du système immunitaire.

Certaines structures moléculaires semblables à celles de l’hôte finissent par altérer le fonctionnement et peuvent, à terme, risquer la survie de l’organe concerné.

Exemples de maladies liées à l’encrassement : fibromyalgie, ostéoporose, céphalées, Parkinson, Alzheimer, diabète de type II, certains cancers…

  • Les maladies d’élimination

A travers le processus d’élimination, certains résidus alimentaires ou bactériens sont emprisonnées par le système immunitaire puis transportés vers les émonctoires que sont la peau, les bronches ou le système digestif.

Ce sont ces déchets qui provoquent l’inflammation de l’organe.

Exemples :  L’acné, l’eczéma ou le psoriasis font partie des inflammations des émonctoires de la peau

On retrouve la gastrite, la maladie de Crohn ou encore la colite au niveau des inflammations des émonctoires du système digestif.

Quant aux émonctoires du système respiratoire, on retrouve la bronchite chronique ou encore l’asthme comme maladies inflammatoires.

  1. Les principes du régime hypotoxique

Mis au point en 1985, c’est un régime alimentaire qui tend surtout à soigner.

Il prône une alimentation équilibrée et étudiée.

Cette alimentation est exempte de ce qui agresse le corps humain, il est donc principalement sans gluten et sans caséine. Elle se rapproche d’une alimentation végétarienne car elle recommande la diminution voire l’arrêt de certains produits animaux.

Les résultats du changement d’alimentation, aussi bien au niveau des petits maux qu’au niveau de lourdes pathologies chroniques, commencent à se ressentir à partir d’un mois environ.

Il est à noter que les systèmes immunitaires les plus encrassés peuvent subir une sorte d’effet « rebond » qui correspond à une détoxination (élimination des toxines) par les émonctoires dont on parlait précédemment.

Les principes fondamentaux 

 Suppression des laits animaux et de leurs dérivés (comme le beurre, le fromage, les glaces) et des traces cachées ou non (chocolat au lait, chocolat blanc, certains biscuits…)

Selon le Docteur SEIGNALET, les protéines de lait servant au départ à engraisser le veau, elles ne sont pas faites pour les humaines adultes et deviennent donc allergènes.

A noter que, de nos jours, l’hyperexploitation des animaux engendre un lait bourré d’antibiotiques, d’hormones et de pus (lié à l’inflammation des mamelles de la vache).

  • Exclusion des céréales mutées comme le blé, le maïs, l’orge, l’avoine, l’épeautre et le froment, ainsi que leurs dérivés comme les farines, les pains, la bière et tout à base de ces céréales.

Les céréales contenant du gluten entraînent chez certaines personnes des intolérances voire des réactions auto-immunes comme la maladie cœliaque.

Pour le Docteur SEIGNALET, le sarrasin, le sésame, le quinoa et le riz sont les seuls céréales acceptables (quoique le riz puisse être discutable).

  • Alimentation crue ou cuisson inférieure à 110°C.

Une cuisson trop élevée dénature les nutriments des aliments (dont les Omega-3, les vitamines et la plupart des anti-oxydants).

A température élevée, des composés chimiques non assimilables, toxiques et dangereux pour l’organisme font leur apparition, il s’agit des molécules de Maillard.

De même, il vaut mieux éviter la cuisson au micro-ondes car il se produit une agitation thermique très élevée des aliments qui perdent leur intérêt nutritionnel.

  • Exclure les huiles extraites à chaud

Il est recommandé d’utiliser des huiles vierges et/ou extraites à froid car l’extraction à chaud et le raffinage dénaturent les huiles et font perdre aux fruits tout leur intérêt nutrionnel.

Les huiles à privilégier : huile d’olive vierge, huile de colza, huile de noix et huiles de noisette, le plus souvent possible issues de l’agriculture biologique.

  • Exclure les confitures et les conserves

A cause des sucres raffinés, seules les conserves de légumes sont tolérés. La confiture maison peut être possible si du sucre entier est utilisé dans la confection

  • Limitation des produits pollués

Il faut avoir, dans la mesure du possible, une consommation de produits issus de l’agriculture biologique.

Ils sont non seulement exempts de pesticides mais ont une valeur nutritionnelle d’une qualité meilleure.

  • Supplémentation en vitamines, minéraux et oligo-éléments

Les besoins d’une personne malade sont plus importants et c’est pourquoi, en plus d’une alimentation saine et biologique, une supplémentation peut être nécessaire dans les prémices du régime.

En conclusion, ce régime repose avant tout sur le qualitatif et non le quantitatif.

Avec cette diète, on peut manger de tout ce qui naturel, sain et non raffiné.

Exemple de maladies en rémission :

Arthrose : 94% de rémission sur 118 cas

Céphalées de tension : 93% de rémission sur 15 cas

Fibromyalgie : 90% de rémission sur 80 cas

Maladie de Crohn : 99% de rémission sur 72 cas

Polyarthrite rhumatoïde : 94% de rémission sur 297 cas

SEP : 89% de rémisson sur 46 cas

Comment pratiquer le régime Seignalet ?

Plus d’infos sur le site officiel de l’association Seignalet : http://www.seignalet.fr/index.php/le-regime-seignalet/pratiquer-le-regime/conseils-pratiques

9 comments

Isabelle 10 février 2015 at 17 h 30 min

Il me semble aussi que le quinoa est discutable. Ainsi que le millet je crois? J’adore ton site, je m’y abonne de suite !! J’ai moi même un blog, je suis atteinte d’intestins irrités, colopathie et perméabilité intestinale, voici l’adresse de mon blog :

Reply
Lucile 10 février 2015 at 17 h 46 min

Le quinoa ? Ce serait nouveau alors ? On le trouve encore comme « alternative intéressante » sur seignalet.fr.
Je vais me renseigner dès que j’ai un peu de temps.
Je ne consomme pas toujours Seignalet, loin de là, mais son approche m’a permis de découvrir des alternatives.
Quant au millet, effectivement, il le considéré comme étant muté donc interdit.

Enfin, après cela dépend de la sensibilité de chacun. Je sais par exemple que le sarrasin est une alternative chez Seignalet et pourant je ne le digère absolument pas alors que j’ai aucun souci avec le maïs par exemple.

Reply
Isabelle 13 février 2015 at 9 h 47 min

Oui, à l’occasion si tu peux avoir l’information, je veux bien que tu me dises pour le quinoa et le millet. Merci à toi 🙂

Reply
Lucile 13 février 2015 at 15 h 05 min

Pour le quinoa, tiré de seignalet.fr :

Mais la quinoa ou la chataigne par exemple, qui ne sont pas des céréales, présentent des alternatives intéressantes.


Pour le millet (tiré du même site) :

Mais certaines céréales sans gluten, comme le millet, sont mutées et donc interdites dans le régime Seignalet.

Reply
Isabelle 13 février 2015 at 15 h 41 min

Donc le millet même sans gluten serait interdit ! ah ben c’est fou, je ne savais pas. D’autres céréales sans gluten hormis millet sont aussi interdites?

Lucile 13 février 2015 at 15 h 55 min

Le mieux c’est que tu ailles sur le site http://www.seignalet.fr/ tu auras toutes les infos nécessaires 🙂

Isabelle 10 février 2015 at 17 h 31 min Reply
Isabelle 13 février 2015 at 18 h 15 min

Merci Lucile pour ces infos et tes recherches 🙂

Reply
Lucile 13 février 2015 at 20 h 47 min

Avec plaisir, je suis aussi là pour ça 🙂

Reply

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :