Pâte à tartiner, Petit-déjeuner, Thermomix

Crème de Bergamote

17 mars 2015

Depuis que je cuisine végétalien, j’ai tenté régulièrement de faire des curd (des crèmes en fait :p ) de fruits, notamment de citron mais sans jamais être convaincue.

Le seul qui m’a presque satisfaite à 100% était l’apple curd réalisé au Thermomix mais il était un peu trop liquide pour être pleinement satisfaisant.

Curd pour l'endométriose

Il a fallu que j’aie entre mes mains un fruit « rare », rare car on ne le trouve que peu de temps sur nos étals et surtout, il faut parfois faire plusieurs boutiques pour le trouver, pour ENFIN réussir un curd.

Quel est ce fruit magique ? La Bergamote messieurs-dames.

Cette sorte de citron très parfumé et à la forme ronde si spécifique.

Crème de Bergamote
Une recette à base de Bergamote : je cuisine jaune en soutien à la lutte contre l'endométriose !
Write a review
Print
Prep Time
5 min
Cook Time
15 min
Total Time
20 min
Prep Time
5 min
Cook Time
15 min
Total Time
20 min
Ingredients
  1. Pour remplir un beau fond de tarte
  2. - 200gr de sucre de canne complet
  3. - 70gr de fécule
  4. - 500ml de lait végétal
  5. - 180ml de jus de Bergamote
  6. - 1 pincée de sel
  7. - 1 belle pincée d'écorces de citron
Instructions
  1. Versez dans une casserole les les ingrédients secs : sucre, fécule, sel et écorces de citron puis mélangez.
  2. Ajoutez ensuite le lait végétal et le jus de citron.
  3. Déposez sur feu vif en fouettant sans discontinuer puis quand les premières bulles arrivent, baissez le feu et laissez épaissir environ 5 minutes, sans cesser de fouetter.
  4. Versez dans un contenant et laissez refroidir.
Notes
  1. Quelle réussite, mes amis, quelle réussite !! J’essaie, chaque année, de profiter de la Bergamote, son goût si subtil est tellement parfait !
La cuisine {végétalienne} de Djanisse http://cuisinevegetalienne.fr/

 Je vous rappelle que ce recette vous est présentée dans le cadre de mon soutien à la luttez contre l’Endométriose et pour cela, je partage avec vous le 2ème texte de mon amie Delphine, texte bien plus personnel et qui m’a touchée.

 

A noter que selon votre tolérance personnelle, le citron doit etre évité !!

Je ne vais pas faire comme tout le monde et vous faire le récit de ce qu’est et engendre cette maladie, pour ça je vous dirige vers le site http://www.lillih-endometriose.fr/lendomeacutetriose.html

A la place je vais vous parler d’une petite fille.

Elle s’appelle Megan-Elizabeth, elle a 5 ans, brune avec de grand yeux bleus pétillants. Un grand sourire, une joie de vivre débordante et le cœur sur la main. Elle est intelligente, curieuse. Elle aime autant jouer aux Barbies que jouer aux foot avec ses cousins. Elle porte une petit robe bleue avec un gros nœud blanc devant, un béret bleu, un collant blanc et des petites chaussures bleues. Elle est entrain de rire, parce que sa mère vient encore de trébucher. Sa mère est la reine des maladroites. Elle fait toujours plein de bêtises qui font éclater de rire sa fille. Elle casse des trucs, elle trébuche, il lui arrive toujours des aventures bizarres… « T’es marrante maman ».

C’est comme ça que j’imaginais ma fille quand j’étais jeune. J’écrivais même des histoires policières ou l’héroïne était maman de cette même petite fille.

Fin du rêve retour à la réalité. Cette petite fille, elle existe. Exactement comme je l’ai décrite… exactement comme je la décrivais il y a 20 ans… Mais elle s’appelle finalement Emma, elle a bientôt 6 ans et elle dit « T’es marrante, Tata ».

C’est l’endométriose qui a empêché que Megan-Elizabeth grandisse en moi et vienne au monde, c’est l’endométriose qui a fait de ma vie un enfer pendant 26 ans. C’est l’endométriose qui a conquis mon utérus jusqu’à le faire disparaitre.

Mais c’est également l’endométriose qui m’a permis d’être forte toutes ces années. Et c’est cette force qui me permet de continuer à rêver à cette petite fille, où qu’elle soit, qu’elle quelle soit, et que j’adopterai un jour avec mon mari.

Pour Emma, pour ma future fille et pour toutes les autres petites filles, pour les endogirls, je me bats chaque jour pour la connaissance et la reconnaissance de la maladie.

Le 28 mars, venez marcher avec moi contre l’endométriose.

 

Et donc, pourquoi ce texte me parle ? Non pas que je sois atteinte par cette maladie, mais par une autre maladie, elle aussi, gynécologique et hormonale. Elle aussi diagnostiquée sur le tard, elle aussi avec son lot de de « cadeaux » : pour les plus touchées hirsutisme (glamour !), obésité, acné adulte, transpiration, perte de cheveux en masse… bref, que du glamour, mais aussi, le plus souvent, impossibilité d’ovuler naturellement et donc de concevoir naturellement.

J’ai cette chance que la PMA a fonctionné pour moi, je rentre dans mon 6ème mois.

Mais, comme mon amie Delphine, ce n’est pas ce que j’imaginais de ma vie lorsque j’étais petite. Je me voyais avec une grande famille, heureuse, joyeuse, des enfants conçus avec amour (même si c’est le cas actuellement, la médicalisation de la chose nous ôte vraiment de ce côté magique), mais surtout, surtout je me voyais maman jeune et maman de famille nombreuse. Aujourd’hui, j’ai bientôt 34 ans, j’ai attendu 6 ans avant de ENFIN tomber enceinte, j’ai vécu des échecs, une fausse couche (et j’admire celles qui en vivent plusieurs et continuent malgré tout !), des traitements hormonaux nous obligeant à programmer nos sorties, à faire mes traitements dans la salle de bains d’amis… bref, même si la PMA permet beaucoup de choses, elle ne permet pas malheureusement de faire revivre nos rêves d’enfants et n’occulte hélas pas nos frustrations…

Dans mon esprit, ma fille ne s’appelait pas Megan-Elizabeth mais Margot, je l’aurais eu à 25/26 ans (ce qui, en plus, aurait parfaitement collé avec la rencontre de mon cher et tendre) et elle aurait eu ensuite 3 frères et sœurs et je serais tombée enceinte rapidement.

Mon futur enfant pourra peut-être s’appeler Margot mais il n’aura peut-être même pas de petit frère/petite sœur, tout ça à cause d’une maladie gynécologique mal diagnostiquée et à laquelle j’ai eu des réponses comme « oh, c’est pas grave d’avoir un cycle irrégulier », « vous êtes jeune », « c’est dans la tête, pensez à autre chose »… tout ce que Delphine a pu entendre (douleurs en moins !) et qui rend la chose bien plus frustrante une fois qu’on a enfin mis le doigt sur le problème.

Je n’ai pas l’habitude de parler de moi comme cela, d’autant plus sur un sujet si privé, si personnel mais quand on passe par la PMA, on se rend compte que nous sommes finalement presque plus de femmes à devoir y passer que de femmes à concevoir naturellement. Et toutes, toutes ces femmes ont entendu sensiblement les mêmes discours…

Aussi, ne négligez pas ces femmes, vos amies, vous cousines, vos filles, vos nièces, même les inconnues… elles sont besoin de soutien, même silencieux, le simple fait de se savoir écoutée suffit !

You Might Also Like

12 Comments

  • Reply La tendresse en cuisine 17 mars 2015 at 6 h 17 min

    Beaucoup d’émotion.., je connais un bébé qui va être très aimé… Bisous

    • Reply Lucile 17 mars 2015 at 8 h 59 min

      A ce niveau là, je n’ai aucun doute 🙂

  • Reply vegebon 17 mars 2015 at 8 h 05 min

    Bonjour Djanisse, ça fait longtemps que je lis ton blog mais je ne crois pas avoir déjà commenté. Je voulais te remercier pour tous tes partages de recettes, toujours alléchantes et de plus en plus belles, et aussi pour le partage personnel particulier de ce jour.
    Merci beaucoup pour tout, et bonne suite de grossesse.

    • Reply Lucile 17 mars 2015 at 9 h 03 min

      Merci beaucoup pour ces beaux compliments…
      Je visite aussi régulièrement le tien et je suis convaincue que tes articles sur ton petit Beluga me seront très utiles d’ici quelques mois 🙂

  • Reply La Cuisine de Jenny 17 mars 2015 at 9 h 49 min

    Un texte bien émouvant … <3

    Et très joli curd de bergamote !! ^^

    Gros bisouuuuuuu

    • Reply Lucile 17 mars 2015 at 9 h 59 min

      Ah oui c’était trop bon !!!

  • Reply Miss Veggie 18 mars 2015 at 14 h 17 min

    ça a l’air top !!!! 🙂

    • Reply Lucile 18 mars 2015 at 14 h 28 min

      Oh, ça l’était !
      J’en refais bientôt d’ailleurs

  • Reply Patou Karibo Sakafo 18 mars 2015 at 23 h 10 min

    Merci Djanisse de participer aux recettes jaunes, je suis une endogirl et je suis très très émue. L’endométriose a compliqué mon parcours pour devenir maman et même s’il y a désormais un petit Esteban de bientôt 4 ans dans ma vie, que ce fut compliqué pour en arriver. Alors merci infiniment pour cette recette et pour tes mots

    • Reply Lucile 19 mars 2015 at 9 h 19 min

      Avec plaisir 🙂
      Je m’y suis prise un peu tard cette année mais je peux apporter ma pierre à l’édifice, c’est toujours ça de gagné pour votre combat !!

  • Reply Alizée B. 20 mars 2015 at 11 h 22 min

    merci de ton texte… si vrai… je suis confrontée à cela depuis quelques mois et c’est dur très dur…

    • Reply Lucile 20 mars 2015 at 12 h 45 min

      Oui malheureusement ce n’est pas facile et même si l’entourage peut être compréhensif, il y a quelques fois où ils ne peuvent malgré tout pas comprendre

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :